Corridors de transport de marchandises Rhin - Alpes et Mer du Nord - Méditerranée

La Commission Européenne poursuit une approche fondée sur des corridors de trafic dans le but de doter l'Europe d'un réseau performant de trafic marchandises ferroviaire. Cette approche simplifie la coordination entre les Etats-membres et les gestionnaires de l'infrastructure.

Afin d'accélérer l'introduction du dispositif d'arrêt automatique européen ERTMS, six corridors de trafic marchandises ont été définis, s'alignant sur les flux de trafic existants et futurs. Ceux qui revêtent de l’importance pour la Suisse sont le corridor Rhin - Alpes (anciennement corridor A ou 1 (Rotterdam - Gênes, via les axes du Loetschberg-Simplon et du St-Gothard) et le corridor Mer du Nord - Méditerranée (anciennement C ou 2, Anvers - Lyon/Bâle).

Corridor de fret Rhin - Alpes : Rotterdam - Gênes (rouge)
Dans le corridor A, une amélioration de la ponctualité de 26 % et une réduction du temps de parcours de 20 % devraient porter le volume du trafic marchandises à 56 milliards de tonnes-kilomètre d'ici à 2020, soit le faire doubler. En 2003, les ministres des transports d'Allemagne, d'Autriche, d'Italie, des Pays-Bas et de Suisse ont signé à Lugano un « Memorandum of Understanding » en vue de l'amélioration de la qualité du trafic marchandises ferroviaire sur le corridor A.

Corridor de fret Mer du nord - Méditerranée : Anvers - Lyon/Bâle (bleu)
Dans le corridor C, il faudra accroître le volume du trafic marchandises de 55 % d'ici à 2020 - avant tout par la réduction de 15 % du temps de parcours - et diminuer le nombre de trains retardés sur la ligne Anvers - Lyon de 75 % ou, sur la ligne Anvers - Bâle, de 50 %. Ces mesures devront permettre le transfert de la route au rail de quelque 7 milliards de tonnes-kilomètre.

https://www.bav.admin.ch/content/bav/fr/home/themen-a-z/cross-acceptance/gueterverkehrskorridore.html