Étape d’aménagement 2035 : il s’agit maintenant de passer à l’action

Le Parlement souhaite développer le réseau ferré pour 12,89 milliards de francs. Il a adopté l’étape d’aménagement 2035 presqu'à l'unanimité lors du vote final. Les chemins de fer sont appelés à mettre en œuvre les mesures rapidement afin de disposer de capacités suffisantes pour maîtriser l’augmentation du trafic qui se profile. Du fait de l’ampleur des travaux à venir, des fermetures de tronçon et des restrictions d’exploitation temporaires seront inévitables.

AS2035 Bahnhof Winterthur
Le Parlement a alloué l’étape d’aménagement 2035: il s’agit maintenant de passer à l’action.
© OFT

Le besoin et l’utilité de l’étape d’aménagement 2035 ont rencontré un large consensus au sein du Parlement, qui a étoffé le projet du Conseil fédéral en y ajoutant des mesures pour près d’un milliard de francs. Parmi les projets supplémentaires adoptés par le Parlement, on compte la construction d’une nouvelle liaison directe entre Neuchâtel et La Chaux-de-Fonds au lieu de la modernisation du tronçon existant initialement proposée. Les élus ont également accepté les amendements visant à prolonger la ligne Aigle-Leysin (VD), à aménager le tronçon Locarno-Intragna (TI) et à construire une double voie à Rorschach (SG).

Les projets proposés par le Conseil fédéral ont aussi passé la rampe. Il s’agit de plusieurs grands chantiers tels que le tunnel de Brütten et le tunnel de base du Zimmerberg II, de nombreux aménagements et transformations de gares et d’installations d’exploitation ainsi que de mesures pour le transport de marchandises. Ces projets permettent d’établir des cadences supplémentaires à la demi-heure et au quart d’heure dans le transport des voyageurs, de créer davantage de capacités à des horaires d’exploitation attrayants dans le transport de marchandises et de rendre l’exploitation plus stable.

Défi de taille

C’est ainsi que l’étape d’aménagement 2035 regroupe environ 200 aménagements majeurs et mineurs qu’il s’agit désormais de réaliser. Dans un premier temps, l’OFT procèdera à la planification de la mise en œuvre de cette étape d’aménagement. Les entreprises poursuivront ensuite la planification de chaque projet et l’OFT octroiera l’autorisation de construire à la fin de la procédure d’approbation des plans.

Finalement, les chemins de fer réaliseront les aménagements. Effectuer tous ces travaux en cours d’exploitation constitue un défi de taille, car pour construire efficacement il ne suffit pas de disposer de suffisamment de ressources de planification, de spécialistes de la construction et de machines : dès que l’on travaille sur le réseau existant, cela influe sur l’exploitation, ce qui entraîne des solutions de remplacement, des horaires spéciaux pour les périodes de chantier et des déviations.

Vers une nouvelle pondération des critères d’aménagement ?

Dans le cadre de l’étape d’aménagement 2035, le Parlement s’est également exprimé sur la future marche à suivre : l’étape d’aménagement suivante devra lui être soumise en 2026. En plus des projets que le Conseil fédéral a classés comme prioritaires pour la prochaine étape d’aménagement, le Parlement veut que l’aménagement des tronçons Lausanne–Berne et Winterthour–Saint-Gall soit examiné et que des études soient lancées pour d’autres aménagements.

L’OFT va actualiser la stratégie à long terme datant de 2012 et s’en servira de base pour la planification de la prochaine étape d’aménagement. Les idées phares en matière d’offre ferroviaire pour l’horizon 2050/60 y seront présentées. Sur demande du Parlement, ladite stratégie examinera également l’opportunité de lignes à grande vitesse et leurs conséquences sur l’aménagement du territoire. De plus, la stratégie à long terme comprendrades réflexions sur des systèmes technologiques de substitution applicables dans le transport de voyageurs et de marchandises. Le résultat de ces réflexions fera l’objet d’un rapport qui sera présenté au Parlement en 2022.

Dans ce cadre, le Parlement pourra s’exprimer par rapport à l’orientation future : il conviendra notamment de décider si l’aménagement au-delà de l’horizon 2035 continuera à être axé sur le développement des capacités et sur l’élimination des goulets d’étranglement ou plutôt sur la réduction des temps de parcours.

 

OFT Actualités  n° 71 juillet 2019

https://www.bav.admin.ch/content/bav/fr/home/actualites/oft-actualites/Editions%202019/ausgabe-juli-2019/artikel-2.html